2 étudiants en immersion totale à thecamp pour se plonger dans l’univers de l’entrepreneuriat

Du 19 au 23 octobre 2020, Clémence Barnier et Hugo-Battista Franzella, étudiants en MSc 1 ont participé à une semaine d’immersion totale à thecamp pour se plonger dans l’univers de l’entrepreneuriat aux côté de 6 autres jeunes âgés de 18 à 30 ans. L’IAE Aix-Marseille a intégré pour la première fois ce programme intitulé Labster porté par thecamp, en partenariat avec SFR et avec le soutien de Pépite Provence. L’objectif du programme est d’outiller des jeunes porteurs de projet en les aidant à développer leur soft skills (leadership, prise de parole en public, intelligence émotionnelle…), à construire des communautés de pairs et à connaître l’écosystème entrepreneurial de la Région Sud. Au cours de cette semaine, les labsters ont été accompagnés sous forme d’ateliers, entourés d’experts et d’entrepreneurs afin d’acquérir une solide culture business et de structurer leurs projets. 
A travers le programme Labster, thecamp et SFR veulent promouvoir avec force l’esprit entrepreneurial en inspirant les générations futures, en leur donnant le goût de la création, de l’expérimentation et de la prise de risque.
Le premier essai a été plus que réussi pour l’IAE. Clémence Barnier et Hugo-Battista Franzella présentent leur projet entrepreneurial et cette aventure exceptionnelle à thecamp.

Clémence Barnier, présentez-nous votre projet :
"Mon projet s’appelle Les Françaises, c’est une marque de lingerie éthique (en tissus 100% bio-sourcés et recyclables), Made in France, qui a pour vocation d’être sexy et confortable pour que toutes les femmes de notre époque se sentent belles et confiantes dans leur lingerie."

Expliquez-nous le déroulé de cette semaine et ce que cela vous a apporté :
"Pour décrire mon expérience à thecamp, je dirais "intense" et "enrichissante". 
Depuis 6 ans maintenant, j'ai ce projet, un jour, de monter ma marque de lingerie qui apporte une réelle valeur ajoutée dans la mise en valeur de la femme et dans son confort au quotidien. Mais je n'ai jamais osé me lancer, ne me sentant pas assez à la hauteur pour tenter cette expérience. 
Et puis, en faisant ma rentrée à l'IAE Aix-Marseille, tout a commencé à changer. J'ai fait de magnifiques rencontres au sein des étudiants, qui m'ont boosté et m'ont permis de montrer mon potentiel professionnel. Le WEI3 s'est révélé être un déclic pour ma part. J'ai compris qu'en sortant de ce "weekend challenge", je voulais me lancer dans l'entrepreneuriat.  
Et c'est ainsi que sur les recommandations de Mme Valérie Mathieu j'ai tenté ma chance, en déposant mon projet auprès de thecamp pour le Programme Labster. 

Le lundi l'expérience a commencé. Nous étions 8 participants (seulement 2 filles, mais qui représente apparemment un bon quota pour l'entrepreneuriat), tous inconnus et venant d'univers divers. Nous étions encadrés par Laetitia et Marie, deux personnes adorables et inspirantes. 

Le Lundi : 
Matin : "C'est quoi être un entrepreneur ?". Chacun a partagé son point de vue en donnant les caractéristiques qu'il attribuait à un entrepreneur. A la fin de l'exercice, l'entrepreneur était bien plus proche de superman que de la réalité. Je me sentais très éloignée de cette image donnée. 
Midi : Rencontre avec Quentin Rousselot, fondateur de Agrove, qui était un participant de la première édition du Programme Labster et qui s'est lancé dans cette aventure suite à son passage à thecamp. Nous avons pu lui poser toutes les questions que nous avions : les difficultés qu'il avait rencontrées et qu'il rencontrait toujours, comment l'idée de ce projet lui est venue, quel futur envisageait-il pour son activité, etc. Il nous a transmis tous les conseils qu'il avait. Cela a été un échange très enrichissant. 
Après-midi : nous avons commencé à travailler sur nos projets en commençant par définir notre cible autour de l'atelier "Connaître son client". Pour ma part, cet exercice a été très bénéfique. Avec mon projet de lingerie, je voulais toucher un large choix de cibles, bien trop idéaliste pour commencer et je n'arrivais pas à faire un choix. J'ai ainsi, choisi trois cibles, j'ai défini leur personnalité et leur parcours utilisateur. A la fin de l'exercice, j'avais réussi à définir ma cible principale et à être en accord avec ce choix. 

Le Mardi : 
Matin : "Business Model Canvas" : étape que j'appréhendais un peu, mais qui au final a été très utile sur l'orientation et le positionnement que je voulais donner à mon projet. 
Après-midi : "Coding Day" : j'avais déjà quelques notions de base en code, mais cet atelier a été un nouvel entraînement intéressant. Des étudiants d’une école d’informatique sont venus pour nous faire découvrir les bases d'un site internet, en créant une page simplifiée en utilisant HTML/CSS et Javascript. 

Le Mercredi : 
Matin : Atelier "Stratégie de marque". J'avais conscience que pour faire vendre mon produit à sa sortie, il fallait que je commence par me créer une communauté. Et cet atelier m'a permis de connaître les tenants et les aboutissants de la création d'une communauté, notamment sur Instagram pour se faire connaître et générer de l'engagement en pratique et pas qu'en théorie. 
L'après-midi : "Pitcher son projet", c'était la première fois que nous allions essayer de définir à l'oral nos projets. C'était assez brouillon mais indispensable pour se rendre compte du chemin parcouru à la fin de la semaine lors du pitch final. 
Le soir : Rencontre avec les fondateurs de Fruit & Food. Cet échange a été, pour ma part, le plus enrichissant de cette semaine. Inès et Benjamin sont un couple marié, qui avaient tous les deux des postes à responsabilité dans de grandes entreprises, et qui ont décidé de quitter leur situation pour se lancer dans la création de leur start-up, il y a maintenant 4 ans. Tous leurs conseils ont été très précieux et qui, sans aucun doute, vont me servir dans le développement de mon projet. 

Le Jeudi : 
Matin : "Construire sa roadmap" : j'angoissais de la suite de cette semaine à thecamp : Quelles sont les prochaines étapes ? Que dois-je faire pour le développer ? Auprès de qui ? J'étais assez perdue. Mais cet atelier m'a permis d'identifier plus sereinement les prochaines étapes et comment faire pour faire naître mon projet. Mes prochaines étapes sont de déposer un dossier de candidature auprès de Pépite Provence, de créer une communauté autour du Body Positive et d'élaborer les premiers prototypes. 
Après-midi : "Prototypage rapide" : rencontre avec Florence, au FabLab de thecamp, qui nous a montré et expliqué les manières dont on pouvait se servir d'une imprimante 3D, de découpe au laser, de fabrication de moules pour tester rapidement notre idée en physique. Tout cela m'a montré la possibilité de gagner un temps fou grâce à cette technologie. 
Soir : Rencontre avec Davin Irakoze : Davin est un entrepreneur qui s'est construit tout seul, qui est arrivé en France seul et qui a réussi à s'en sortir brillamment. Il dirige désormais des restaurants, cafés et bars sur Marseille. 

Le Vendredi :
Matin : Atelier "Aspect juridique" avec un avocat sur Aix-en-Provence, spécialisé dans le droit des affaires. Un atelier qui s'est révélé indispensable pour le futur de nos projets, notamment sur le statut d'entreprise à choisir pour bien encadrer nos sociétés. Mais également protéger nos créations et encadrer nos relations avec nos éventuels associés et se poser les bonnes questions pour l'avenir de nos sociétés (même celles qui font mal "que devient la société si l'un de nous disparaît brutalement ?"). 
Puis l'après-midi fût venu le moment du pitch final, je n'ai jamais été aussi stressée pour un oral, sans doute parce que ce projet me tient vraiment à cœur, et que je parle de moi au travers de mon idée. J'ai présenté mon projet dans l'amphithéâtre de thecamp, qui est impressionnant, sur scène avec un micro. J'étais tellement fière de pouvoir présenter mon idée devant un public d'inconnus, avec d'éventuels investisseurs ou contacts. 
J'ai adoré ce moment, mon projet me paraissait enfin réel et plus seulement qu'une idée dans ma tête. 
Cette aventure m'a donnée plus envie que jamais de me lancer. J'ai bien conscience qu'elle sera faite de hauts et de bas, mais elle représente le projet d'une vie."

Hugo-Battista Franzella, présentez-nous votre projet :

"Mon projet s’appelle Virtua, c’est un site qui a l’ambition d’être le “réseau social” de référence des Gamers, centralisant et filtrant toute l’actualité Gaming. L’originalité est que le contenu du site sera produit en grande partie directement par les internautes. Enfin, Virtua améliorera le monde des gamers en proposant une sélection personnalisée et accessible aux joueurs."

Votre ressenti à l’issue de cette semaine d’immersion :

"Lors de cette semaine d’immersion, nous avons énormément appris et échangés sur la condition de l'entrepreneur aujourd'hui (avec 5 entrepreneurs), cela m'a ouvert les yeux sur une manière de penser qui va à contre-courant, qui ose, qui est audacieuse et optimiste. Cette semaine a été l'occasion de rencontrer des personnes d'horizons et parcours radicalement différents, et c'est ce mélange des points de vue qui m'a profondément marqué, surtout dans un cadre aussi inspirant que thecamp.
Je pense sincèrement que des initiatives comme celle-ci sont à promouvoir et le sujet de l'entrepreneuriat devrait être obligatoire pour tous les étudiants, cela développe l'esprit critique envers ce qui nous entoure, autrui et nous-même.
Je sais que si demain je souhaite lancer mon entreprise, j'ai eu la chance d'apprendre dans un contexte unique (voir insolite) à me dépasser, à affiner ma pensée, cadrer mes actions et modeler mon discours pour défendre mon projet. 
Trop de bonnes idées sont laissées de côté par des personnes qui ne croient pas en elles, ce stage est une redécouverte de soi, et permet une introspection plus profonde que simplement professionnelle. 
Ce fut une expérience qui, en ses temps de distanciation sociale, m'a beaucoup fait de bien, qui a renforcé ma confiance en moi, et je remercie l'IAE Aix-Marseille de nous avoir donné cette formidable opportunité.

Si j'avais un message à faire passer aux futurs étudiants IAE, si vous avez une idée, OSEZ ! Qui ne tente rien n'a rien, et surtout ne vous privez de l'excellent accompagnement que nous avons eu. 
Se confronter au regard des autres, tester l'impact d'un projet qui vient de ses tripes est une sensation d'accomplissement personnel que je conseille à tout le monde ! Surtout les timides et les introvertis ! Vous vous redécouvrirez !"